Bon. Je pensais avoir tout vu en matière d'oscillos russes. Les C1-90, 94 sont connus. Le C1-137 est une copie de Hameg. Eh bien, voici un oscillo, russo-soviétique, qui ne ressemble à rien de connu:

Le premier qui dit "Il manque des boutons" je le mords !!! :-O

Il s'agit d'un spécimen fort rare de C1-118. Un grand merci à la personne qui me l'a donné. Ce qui saute aux yeux, c'est tout d'abord la couleur de l'écran. Violet-mauve. Exactement ce qu'il faut pour donner une note "Barbie" à votre atelier d'électronique. Ensuite, le boîtier, qui est constitué d'une double baignoire en plastique noir très élégant... Et ce n'est pas fini. Par exemple, les boutons poussoirs visibles sous l'écran: certains sont arrondis, d'autres bien carrés. Ce niveau de finition laisse présager le pire pour l'intérieur de l'appareil... Ce spécimen porte le numéro de série 751, fabrication 1986. Il y a plein de choses amusantes, que je vais essayer de détailler ci-dessous, mais d'abord quelques unes de ses caractérisques:

 


L'arrière est tout plat.

L'arrière de l'appareil est tout plat. On voit bien la ligne de jonction entre les deux parties du coffret. Celles ci sont maintenues serrées par 4 vis de 11 cm de long, qui sont d'ailleurs très difficiles à remettre en place une fois démontées, car elles sont dépourvues de guide. Il y a moyen d'enroler le fil d'alimentation autour de l'appareil, pour le rangement. Remarquez les défauts de moulage sur la droite. Le numéro de série est gravé, l'année 1986 est sérigraphiée !!!

La prise de courant est d'un autre âge. Remarquez le cordon secteur qui est plat !!!



Vue de l'intérieur. Hélas il manque la carte de la base de temps, sur le coté droit du tube. Sinon, la plupart des circuits prennent place sur la grande carte du fond. A l'arrière, la petite carte supporte les composants du tube. Le travail de tôlerie est dégueulasse. Le transfo est pourrade. Le bout de plastique en L au niveau du culot du tube est là pour empêcher le connecteur de celui-ci de se barrer, car sinon il ne tient vraiment pas en place... Le bidule jaune et bleu, enroulé autour du blindage, doit être une ligné à retard, ou un circuit de compensation magnétique.


La carte THT.

Comme dans le C1-137, le circuit multiplicateur THT est enrobé dans de la résine. Le serre-fils à gauche est d'origine ! Sinon les composants sont bien typiques, rien de spécial à signaler à ce niveau...

Vue de la carte principale.

Les connaisseurs auront reconnu les composants russes les plus classiques. Les connecteurs de liaisons entre les platiques sont à la fois sertis et soudés, comme celui entre les 2 transistors ci-dessus. A certains endroits de la carte, les pistes sont mal gravées, avec des contours hésitants et pas droits, exactement comme quand on rate le tirage d'une plaque imprimée dans sa cuisine... C'est la première fois que je vois ça sur du matériel de série !

Les exrémités de la ligne à retard sont mal ficelées...

Gros plan sur les extrémités de la Chose, aussi appelée ligne a retard. Ca tient avec de la ficelle enroulée et mouillée au vernis. A gauche, admirez le pont de diodes soudé de travers...


Ce truc bizarre et moche est le transformateur d'alimentation... sans commentaires.


Octobre 2001 * Sylvain Meynier